Au programme

Les aurores boréales et moi, c’est une histoire d’amour qui dure maintenant depuis plus de 5 ans. On commence à se connaitre pas mal et je vais les voir plusieurs fois par an. Pas seulement pour faire de la photo, mais parce que voir ce spectacle, c’est inlassablement se retrouver émerveillé avec ses yeux d’enfants. Il est impossible de s’en lasser car chaque aurore est différente, chaque lieu est différent et ce n’est, mine de rien, pas si évident que ça de se retrouver dans les meilleures conditions. Donc ça se mérite, et ça amplifie d’autant plus la satisfaction 🙂

Je vais surtout dans le nord de la Norvège, à Tromso, Senja, un peu les Vesteralen et Lofoten. Je suis également allé les voir en Islande mais c’était un superbe échec 😀

Parce qu’organiser un voyage pour voir les aurores boréales demande un peu d’organisation et surtout fait se poser beaucoup de questions (les meilleurs endroits, quelle période…), j’ai regroupé ici toutes les questions que je me suis posé durant ces quelques années, que je continue également de me poser avant d’y retourner, ainsi que les questions les plus fréquentes que j’ai pu voir sur les forums ou sur les réseaux sociaux. Il peut en manquer, auquel cas, n’hésitez pas à m’envoyer un ptit message, je vous répondrai et je rajouterai les éléments manquants ici.

Je vous ai également listé tous les articles liés aux aurores boréales, ils sont affichés sous les questions/réponses 🙂

Mais attention, je vais le préciser à peu près tout le temps, mais les aurores boréales sont un phénomène naturel, et donc sacrément imprévisibles. Il n’y aura jamais de garantie de les voir, même si les probabilités (basées sur ma petite expérience) sont grandes. C’est ce qui fait la beauté de la chose. Je sais qu’elles peuvent ne pas être là, donc je ne suis pas déçu si je ne les vois pas. Par contre je serai toujours excité comme une puce en les voyant. Même 5 minutes. Donc armez vous de votre plus grande patience, car si elles viennent, elles peuvent venir n’importe quand.

Quand peut-on voir les aurores boréales ?

Concrètement, dès qu’il fait à peu près nuit. L’activité est probablement plus forte en hiver, mais dans le nord de l’Europe (Tromso, Islande…), les aurores boréales sont visibles de fin août à début avril. En effet, au delà il n’y a plus de véritable nuit et donc l’oeil ne peut plus voir les aurores. Mais elles sont là toute l’année! Dans certains endroits du Canada, assez hauts pour les voir mais assez bas pour ne pas avoir le soleil de minuit, ils en voient timidement en août (au nord de l’Ecosse aussi, par exemple).

Donc au final, au nord de la Norvège, Suède, Finlande et Islande on a 7 mois pleins pour voir les aurores, ce qui est plutôt pas mal!

Quelle est la meilleure saison pour voir les aurores boréales?

Comme je l’indique juste au dessus, les aurores boréales sont potentiellement visibles dès qu’il fait nuit. Donc la meilleure période va dépendre d’abord de vous, puis de la météo. Est ce que vous souhaitez voir les aurores boréales dans la magie de l’hiver, avec la neige, les activités (chien de traineau, raquettes…) ou plutôt en automne avec pas mal de randonnées et de la verdure.
Pour l’hiver, je conseille février et mars. Novembre et décembre sont difficiles en terme de météo et la luminosité est faible. Janvier, c’est surtout la lumière mais ça va mieux à la fin du mois.
Pour l’automne, je conseille septembre (surtout) jusqu’à mi octobre. Pas encore de neige normalement, les jours encore longs. Il y a de quoi se balader et ne pas avoir trop froid.

signaldalen aurores boreales tromso norvege blog vincent voyage

A quelle heure peut-on voir les aurores boréales ?

Dès qu’il fait nuit, et même parfois un peu avant. J’ai des photos un peu après le coucher de soleil, mais c’est rare. Avant 19h, ça arrive, j’essaie d’être en place à ce moment là mais je dirais qu’à 20h dernier carat il faut être prêt, sur place et au taquet pour l’observation des aurores boréales. C’est pour ça que les agences viennent chercher les clients à 18h. Je n’ai pas vu d’aurores débuter après 1h du matin. Mais c’est arrivé. Par contre j’en ai vu continuer jusqu’à 2h, en ayant commencé bien plus tôt.

S’il n’y a rien eu avant minuit, alors n’attendez plus trop. Pour avoir un peu de visibilité, prenez une photo au loin avec temps de pose et iso élevés, pour voir s’il y a un peu de vert à l’horizon. S’il n’y a rien en fin de soirée, alors ça sera malheureusement compliqué.

Donc si je devais vous donner une plage horaire pour l’observation, réservez votre 19h-minuit et soyez prêt! 🙂 et surtout… de la patience. Car comme indiqué, cela peut arriver n’importe quand.

Ci-dessous une aurore boréale à 16h, alors que le ciel commence à peine à s’assombrir.

Où voir les aurores boréales et quel est le meilleur endroit ?

Les aurores boréales contournent le champ magnétique pour entrer dans l’atmosphère là où il est le plus faible, aux alentours des pôles. Car on trouve des aurores au nord et au sud. En fait, c’est un abus de langage. Ce sont des aurores polaires et au nord il s’agit d’aurores boréales et au sud d’aurores australes.

Au sud (les aurores australes donc), c’est plus compliqué car les terres du sud descendent moins “au sud”. Donc on peut en voir, au loin, de la partie sud de Nouvelle Zélande, Tekapo, Queenstow, Invercarghill. Egalement en Amérique du sud, à Ushuaia et aux Iles Falkland. Tout ça n’est pas à côté et n’est pas forcément évident!

Donc ce qui nous intéresse le plus, c’est l’hémisphère nord. Les aurores contournant le champ magnétique au nord entrent dans ce qu’on appelle l’ovale boréal, c’est à dire une zone entre 65° et 75° nord. Donc la zone entre ceux deux latitudes est l’endroit parfait pour observer les aurores. Et on va trouver les endroits suivants:

  • Tromso (69°, juste parfait) et tout l’extrême nord de la Norvège: iles Lofoten et Vesteralen, Senja…
  • Le nord de la Laponie
    • Laponie finlandaise vers Ivalo, Inari, Kilpisjarvi
    • Laponie suédoise vers Kiruna, Abisko
    • Laponie norvégienne : tout le nord du pays, de Tromso à Kirkenes en passant par Alta
  • le nord de l’Islande
  • Mourmansk et sa région, en Russie
  • Au Canada, les deux capitales des aurores sont Yellowknife et Whitehorse. Inuvik, bien plus au nord, est très bien situé.

Dans cette zone, on a donc les meilleures chances de voir les aurores, même faibles, car c’est là qu’elles “entrent”. Plus au sud, il faudra qu’elles soient plus fortes et qu’on ait une belle visibilité au nord.

Donc, tout ça pour savoir quel est le meilleur endroit. Cela dépend de pas mal de paramètres, mais aussi des goûts de chacun : latitude (mais là c’est réglé), météo, facilités. J’aime beaucoup Tromso et sa région car:

  • c’est très facile d’accès et pas trop cher (enfin, relativement hein, surtout comparé aux destinations canadiennes et islandaises)
  • les paysages sont magnifiques et variés
  • il ne fait pas “trop” froid comparé au centre canadien ou la Laponie
  • la météo est assez clémente

En Islande, un peu plus au sud, la météo est beaucoup plus changeante. Au Canada, il fait très très très froid. La Laponie est plus plate, moins variée, mais tout de même magnifique. Mourmansk plus difficile d’accès notamment pour les visas.

L’énorme avantage de la Laponie pour l’observation des aurores boréales, c’est que comme c’est plus plat, l’observation est plus facile. En effet, on a une vue très dégagée, ce qui est un luxe en Norvège.

L’Islande a, je trouve, la plus grande variété de paysages, aucune pollution lumineuse et la possibilité d’avoir une visibilité très lointaine. Mais la météo est taquine 😀 et c’est un peu plus au sud.

De manière générale, il ne faut pas penser qu’être au dessus du cercle polaire garantit les aurores boréales. Rovaniemi, pile poil sur le cercle polaire, a moins d’activité que Tromso, situé environ 500km plus au nord.

Vous trouverez ici un article plus complet sur les différents endroits pour voir les aurores boréales en Norvège

champ magnetique aurores boréales blog vincent voyage
aurores boréales meilleurs endroits norvege blog vincent voyage

Comment trouver un endroit pour observer les aurores boréales ?

Quelques conseils de base pour trouver un bon endroit pour regarder les aurores boréales :

  • s’éloigner de la pollution lumineuse. Elle se caractérise par: les lumières des villes, des villages et des lumières de route. Sinon, d’abord ça vous empêcherait de les voir bien, puis la lumière flinguerait vos photos Ce n’est pas s’éloigner de quelques dizaines de mètres, mais plusieurs dizaines de km des villes, quelques km des villages. Selon le taux d’humidité la pollution lumineuse peut être visible de vraiment loin.
  • avoir une vue dégagée au nord ouest et idéalement est. Les aurores classiques arrivent par le nord et le plus souvent nord ouest (les arcs). Plus votre vue est dégagée, mieux c’est. Le sud, on s’en fiche un peu. L’orientation est très très importante
  • Eviter les poteaux électriques, routes passantes, ce genre de cochonnerie qui peut être sur votre photo. N’hésitez pas à vous poser au bord de la route et marcher un peu pour vous en éloigner (juste, attention aux lacs gelés et cachés!).
  • Se trouver un cadre sympa : une vue sur la mer (attention au vent!), un fjord bien orienté, sur une colline au dessus d’une forêt en Laponie… vous saurez en vous baladant, vous vous direz “ah! ici c’est bien!”

Comme je commence à bien connaitre le nord de la Norvège, j’ai rédigé des petits guides sur les meilleurs spots pour les aurores boréales à Tromso et Senja. Bientôt il y en aura un sur les Lofoten.

Aurores boreales en Norvège, Tromso, Senja, au gryllefjord | Blog Vincent Voyage

Les aurores boréales sont-elles trop touristiques ?

Voir les aurores boréales est l’une des activités les plus en vogue actuellement. Je vois la différence par rapport à il y a 5 ans, quand je commençais. Toutefois, les endroits où on peut les voir le plus facilement sont les endroits très natures où les hébergements sont limités. Donc même à Tromso en heure de pointe, cela ne ressemblera jamais aux Galeries Lafayette avant Noel. Il est en plus très facile de trouver des coins tranquille pour les aurores. C’est seulement pour les réservations de logement qu’il faut s’y prendre en avance, car tant en Norvège qu’en Islande ou en Laponie, c’est (heureusement) limité. On respire, c’est bien, si on veut voir des gens on en voit, si on ne veut pas en voir, on n’en voit pas.

Donc oui, ça peut être touristique mais cela ne sera jamais embêtant car tant en ville que dans la nature, on peut facilement se retrouver tout seul. Et c’est d’autant plus vrai dans la Laponie!

Est-ce qu’il fait froid quand on regarde les aurores boréales ?

Forcément, voir les aurores boréales en hiver, ça peut faire peur. La question que tout le monde me pose est : comment s’habiller. Et ça se comprend! car il peut faire froid. Mais le froid ne sera pas votre pire ennemi. Vous en aurez deux : le vent et l’immobilité. Vous allez bien vous habiller (voir ci-dessous) mais il faut penser qu’en regardant et attendant les aurores boréales, vous n’allez pas bouger. Donc en journée, le -15 (ou moins) ça passe car on est actif, mais la nuit, quand on ne bouge pas, c’est compliqué. Surtout au niveau des pieds qui sont dans la neige. Alors restez actif, faites des petits pas, bougez for orteils tout le temps.
Pour le vent, c’est clairement ce qui fait que le climat peut être compliqué. Le froid, on s’y fait. Mais le vent, c’est plus dur. Et ça souffle fort.
En Laponie et dans les terres de manière générale, c’est encore pire. Le long des côtes, en Norvège (Tromso, Senja, Lofoten) c’est relativement tempéré avec la fin du gulf stream (j’insiste sur le “relativement” 😀 ). Mais dès qu’on va dans les terres au sud, pfou, on perd très facilement 10 degrés. Le froid prend encore plus au corps. Mais vous serez bien équipés, n’est-ce pas ?

Aurores boreales en Norvège à Tromso, Senja, Bergsbotn | Blog Vincent Voyage

Comment s’habiller pour voir les aurores boréales ?

Comme je le disais juste au dessus, il va faire froid mais ce n’est pas le plus important. Le plus important, c’est d’abord le vent, puis l’immobilité. Lorsqu’on regarde ou attend les aurores boréales, on est dehors dans la neige (ou s’il n’y a pas de neige il ne fait jamais très chaud vu la région).

Donc il va falloir vous équiper surtout pour les extrémités. Car ce n’est pas au niveau du bidon qu’on va avoir froid, mais surtout les pieds, les mains, la tête (nez et oreilles).

Pour le corps, je fonctionne comme un oignon. J’ai plein de petites couches. Des tee shirts thermiques en merinos, dédiés au ski de fond. C’est redoutable, et ça s’empile sans souci. Puis un gros pull, soit en laine soit en alpaga (j’ai fait mon stock au Pérou, une tuerie!).

En manteau, je conseille de privilégier les gros manteaux en plume d’oie. Alors oui, ce n’est pas forcément ce qu’il y a de plus chouettes pour les oies, mais c’est sacrément efficace, diablement plus que le synthétique. Et avec une capuche, super important.

Pour les jambes, il y a le classique pantalon de ski, mais je conseille de rajouter un collant thermique dédié ski de fond (on en trouve chez decathlon), c’est très efficace. Avec ça et un jean, ça me suffit en bas. Si vous êtes frileux, le pantalon de ski qui traine sera bien.

Les pieds : là c’est pour moi le plus important car vos pieds vont être constamment dans la neige, mais sans bouger. Et c’est très dur. Le top du top, des chaussettes avec un très haut % de laine. J’en avais acheté chez nous à Décathlon, c’était pas foufou, j’en mettais deux paires, ce n’était parfois pas suffisant. J’en ai acheté sur place, au supermarché de Tromso à 80% de laine (ça coute quasi rien), une tuerie. N’hésitez pas à mettre plusieurs paires.
En terme de chaussures, si vous avez déjà de quoi aller au ski c’est bien, sinon il vous faut surtout des chaussures grand froid capables de résister plusieurs jours. Et surtout imperméables!

Les gants, là c’est compliqué. Enfin, en soit ce n’est pas compliqué de trouver des gants qui tiennent chaud, surtout qu’on a les poches aussi, et qui puissent être utilisables avec l’appareil photo. Ce que j’aime bien, ce sont des mitaines, donc des gants très chaud avec les bouts des doigts qui s’enlève pour pouvoir manipuler l’appareil sans avoir à enlever le gant. En cas de grand froid, c’est très très pratique.
Je conseille aussi vivement d’utiliser des chaufferettes pour les mains (et pourquoi pas pour les pieds!). Ca m’est arrivé au début, c’est quand même pratique.

Pour la tête, le bonnet c’est classique mais surtout un qui protège les oreilles, car ça va être difficile pour elles 🙂
Et quelque chose pour cacher le nez et les joues. Une écharpe en laine, un cache nez de sport d’hiver. C’est super pratique en cas de vent, vraiment.

Combien de temps ça dure ?

Très facile! c’est impossible de répondre 😀

Cela peut durer 15 minutes comme 7h. Les deux sont déjà arrivés. J’ai déjà attendu jusqu’à 23h45 et un petit show a duré 15 minutes. Tout comme j’ai déjà eu des aurores à 17h et cela a duré jusqu’à 1h du matin (et un peu plus il me semble, mais j’en pouvais plus du froid, je suis rentré).

Mais en général, on va avoir 2/3 séries d’aurores, espacées d’une demi heure facile. Et c’est totalement aléatoire, c’est ça qui est chouette. C’est pourquoi il FAUT être patient. C’est la qualité à avoir pour observer les aurores boréales.

Aurores boréales à Senja Tromso en Norvège

S’il fait moche, cela signifie que je ne peux pas voir les aurores boréales ?

Et bien… on peut! mais sous conditions. Le plus important, mon conseil n°1 : trouvez une étoile. Idéalement la Grande Ourse, mais on ne fera pas le difficile en cas de temps pourri.

Etre mobile

S’il fait moche à un endroit, cela ne signifie pas qu’il fait moche partout. Cela change à quelques kilomètres, donc n’hésitez pas à bouger un peu! Deux exemples. Le premier, à Senja, il faisait très moche dans le fjord de Mefjordvaer. Je prends le tunnel pour aller à Ersfjord et là hop c’était dégagé et pas de neige. Pourquoi ? parce que les nuages bas étaient coincés dans le fjord et bloqués par les montagnes.
Le second exemple, à Tromso. J’avais fait le pari d’aller à Kvaloya, mais le temps était pourri. Sur l’app Yr.no (top pour la météo) je vois que c’est dégagé 30 km au sud. Et en effet, je me suis rendu dans un fjord plus au sud et j’ai eu un ciel fantastique avec plein d’étoiles. Bon ok, pas une seule aurore ce soir là. Mais ciel très clair.

Donc bouger est important si vous ne le sentez pas. Mais ça va dépendre du vent, on va le voir en dessous.

Grâce au vent

Si le ciel est couvert mais qu’il y a du vent, cela signifie que vous pouvez avoir des éclaircies, car le vent va bouger les nuages. Donc c’est loin d’être perdu. Levez le nez pour voir si les nuages bougent, regardez l’application Yr.no qui vous donne le sens du vent et les prévisions de là où vient le vent (donc pour anticiper).

Des nuages très hauts

Si les nuages sont bas, c’est compliqué pour voir au travers. Si les nuages sont hauts, en revanche cela signifie qu’ils sont moins épais et qu’on peut voir quelque chose, les deux ne sont pas incompatibles comme on peut le voir sur la photo ci-dessous. Forcément c’est moins clair, mais ça reste bien jouable et plus sympa que quand le ciel joue à cache cache avec les nuages.

voir aurores boréales nuages norvege tromso

Est ce qu’on voit les mêmes aurores boréales partout en même temps ?

Est ce que deux personnes, une à un endroit A et l’autre à un endroit B voient les mêmes aurores boréales ? Cela dépend de la distance entre ces deux points.

Les aurores boréales sont bien plus hautes dans le ciel que les nuages. Donc s’il suffit de bouger de quelques km pour se débarasser des nuages, ce n’est pas la même chose pour les aurores. On dit qu’à 200km de distance nord/sud on voit la même chose. C’est grosso modo vrai. Forcément, plus on est au nord, mieux c’est (le top étant la latitude de Tromso). Et au sud, ça sera moins important qu’au nord. Mais cela peut évidemment péter plus au sud aussi.

Exemple, j’étais dans un fjord à Senja, une amie était vers Kittila en Laponie finlandaise. C’était festival au dessus de ma tête. Elle, ça bougeait bien, mais au loin, mais au dessus. De la même façon une aurore peut continuer son chemin après Tromso et péter un peu plus loin, on peut le voir de la région de Tromso en regardant vers le sud. C’est plus rare, mais ça arrive.

Quel matériel, appareil photo et objectifs pour les aurores boréales ?

J’en parle pas mal dans cet article qui décrit précisément mon matériel, pourquoi j’ai choisi le Sony A7III, mais déjà il faut savoir que n’importe quel appareil photo peut faire des photos d’aurores. Plus ou moins de qualité, mais à partir du moment où vous pouvez faire des réglages manuels, vous arriverez à un petit quelque chose.

Pour moi, les quelques points essentiels pour choisir du matériel photo pour les aurores boréales sont :

  • une bonne gestion de la faible luminosité (pour éviter d’avoir plein de bruit, ce grain cracra)
  • une gamme d’objectifs qui combinent grand angles (16mm, 20mm) et grande ouverture (entre 1,4 et 2,8)

Après les points classiques sont évidemment:

  • un trépied relativement solide et très maniable pour résister au vent
  • plusieurs batteries, pensez à les charger avant de partir à la chasse
  • des cartes mémoires, plusieurs, car sous les aurores on a tendance à cliquer souvent
  • une télécommande pour garder les mains au chaud

Mais dans l’article que je citais, j’explique beaucoup plus précisément mes choix avec des exemples pour chaque objectif. Je suis pro-Sony car ça correspond super bien à mon besoin, mais il n’y a pas de matériel miracle, il y a un appareil qui correspond à chaque besoin, à chaque personne.

Comment photographier les aurores boréales ?

Alors cela fera l’objet d’un article dédié très complet mais voici déjà les points les plus importants.

Déjà, la difficulté des aurores est de pouvoir photographier quelque chose de lumineux dans le noir, et qui bouge. Donc il va falloir jongler entre les différents facteurs qui influent sur la quantité de lumière à faire entrer (temps de pose, ISO, ouverture). Mais comme on ne va pas toucher à l’ouverture, qu’on va laisser la plus grande possible, c’est jongler entre ISO et temps de pose.

Important : il vaut mieux avoir une photo sous exposée (avec moins de lumière) que sur exposée (avec trop de lumière). C’est plus facile à rattraper par la suite. Si la photo est “cramée” c’est à dire que les aurores sont trop lumineuses, c’est difficile à reprendre.

Il faut être stabilisé, avoir un trépied car ce sont des poses longues (plusieurs secondes) et si on le fait à la main, cela va forcément bouger. A moins d’être un grand maitre bouddhiste.

  • Le temps de pose définit la “forme” que va prendre l’aurore. Mais évidemment, plus le temps de pose est long, plus il y a de lumière qui entre. Donc il faut pouvoir ouvrir assez longtemps pour que ça ait une forme chouette (mais pas trop) et que ça fasse entrer suffisamment de lumière. Une aurore bouge, mais lentement (en général). Donc on peut faire une pose longue de 6/8 secondes s’il s’agit d’un arc lent que l’on voit venir au loin. Quand l’aurore bouge bcp, on est plus dans les 2 secondes et moins.
  • L’ouverture : il s’agit, dans le cas des aurores, grosso modo de la quantité de lumière que va laisser entrer votre objectif. Une grande ouverture est 1,4 jusqu’à 2,8, c’est très bien pour les aurores. Plus c’est grand (une ouverture à 1,4 est plus grande qu’une ouverture à 2,8) mieux c’est, plus ça va capter la lumière de façon nette. Donc ouvrez le plus grand possible. Une ouverture à 4 c’est pas foufou. Moins de lumière qui entre, ça signifie qu’il faut faire monter les ISO et on va le voir, c’est pas top.
  • ISO : ils servent à amplifier la lumière qui entre. Plus c’est haut, plus ça va amplifier la lumière. En basse luminosité, on “monte dans les ISO” pour avoir plus de lumière, sinon on ne voit rien. Le souci des ISO est “le bruit”. C’est ce grain que l’on voit, qui rend cracra. Plus on va monter dans les ISO, plus on aura de bruit. La qualité des ISO dépend beaucoup de votre appareil photo et aussi de votre objectif. Donc, cela signifie que l’on ne peut pas trop monter dans les ISO sinon on a trop de grain. Pour les aurores, 3200 ISO c’est bien si c’est pas trop fort.
  • Mise au point manuelle : ultra important, c’est pour éviter d’avoir une photo floue. Vous dites à votre appareil “où regarder”, plus ou moins loin. Donc il va faire sa mise au point, son focus, là où vous lui direz, c’est à dire à l’infini (car les aurores sont super loin). Mais il faut le régler soi même en fixant une étoile. Donc, il faut faire la mise au point sur l’infini sur votre objectif, mais attention! sur l’objectif l’infini est indiqué et il n’est pas bon. Il sera un peu avant, mais il faut le trouver manuellement. Donc, vous trouvez une étoile, vous faites votre mise au point sur elle et, très très important, vous faites un test, vous prenez une photo, vous regardez le résultat si c’est net ou flou. Et vous recommencez pour voir si vous pouvez avoir mieux.

 

Un réglage qui peut servir de base pour une aurore en arc qui ne bouge pas mais qu’on voit avancer vers nous :

  • temps de pose de 8 secondes
  • ouverture la plus grande possible, idéalement entre 1,4 (le top) et 2,8
  • ISO 3200

Là dessus on peut monter le temps de pose si l’aurore est stable, ce qui fait baisser les ISO pour avoir moins de grain (bruit).
Si l’aurore bouge, alors cela signifie qu’elle émet plus de lumière. Mais qu’elle bouge. Donc il faudra baisser le temps de pose. Peut-être jouer avec les ISO aussi.

Et n’oubliez pas l’objectif grand angle ! Car les aurores boréales prennent de la place dans le ciel.

Peut-on photographier les aurores boréales avec un téléphone portable

Et bien… oui! Mais.

Ce qui est bien avec les appareil photos des téléphones portables, c’est qu’ils ont une grande ouverture, en général à 2. Donc c’est cool pour la faible luminosité. Et c’est là dessus qu’ils font de grands progrès, sur les photos de nuit.
Si les aurores boréales sont très lumineuses, alors vous pourrez les prendre à la main, sous réserve d’avoir un téléphone très récent. Ca ne sera pas foufou, mais ça sera déjà ça.

En revanche, pour faire des photos plus “conventionnellement”, il faut absolument deux choses:

  • un trépied pour votre appareil photo (un truc comme ça, très bien et pas cher), indispensable pour faire des poses longues, ce qu’il est impossible de faire à la main
  • pouvoir accéder aux paramètres de l’appareil photo pour modifier le temps de pose, les ISO, idéalement photographier en RAW, jouer avec la balance des blancs, l’ouverture la plus grande possible. C’est indispensable car le mode auto ne peut pas faire grand chose en pleine nuit

Il existe des applications pour prendre les photos d’aurores boréales avec son téléphone. En général il s’agit d’un accès facilité aux paramètres, des paramétrages qui seront prédéfinis. C’est pas foufou, mais clairement, c’est mieux que rien.

[elfsight_instagram_feed id=”3″]

Pour plus de photos d’aurores boréales, vous pouvez également me suivre sur Instagram !

Que dois-je prendre pour observer les aurores boréales ?

Un peu plus haut on a parlé des vêtements et du matériel photo, mais il y a d’autres indispensables ou très pratiques selon moi:

  • le plus important ou presque : une lampe torche, idéalement une lampe frontale qui est bien plus pratique. La batterie du téléphone c’est bien, mais ça part très vite avec le froid et c’est beaucoup moins pratique
  • un thermos avec du café, du thé, tisane, chocolat, bref tout ce qui va tenir chaud. Essayez de le prendre léger mais qui tient chaud longtemps, et 1L, c’est bien.
  • un livre, de la musique, quelque chose pour vous occuper en attendant les aurores 🙂
  • des chaufferettes pour les mains, il en existe aussi pour les pieds!
  • de quoi boire et de quoi manger. L’attente peut être longue et ça donne des forces avec ce froid
  • avoir plus d’un quart du plein de la voiture. J’essaie de ne jamais avoir moins que la moitié en cas de coup dur.
  • une couche de vêtements en plus
  • votre patience et vos yeux d’enfant 🙂

Faut-il passer par une agence pour voir les aurores boréales ?

Ca dépend! La première fois, je suis passé par une agence, ne sachant pas trop comment faire. Je ne pensais pas que c’était si simple en fait. Mais cela donne confiance, les guides sont sympa, donnent des explications, animent. Et si on n’a pas de voiture, c’est mieux que de regarder du centre ville. Je conseille surtout les petits groupes, pas les gros cars, c’est l’enfer même si c’est un peu moins cher.

Donc je dirais que c’est pratique pour se mettre en confiance, pour la première fois, si on ne sait pas comment faire (même avec tous les guides et conseils que je donnes 😀 )

A Tromso, il y en a deux que je conseille particulièrement (parce que je connais leur sérieux et leur travail, dont un photographe), c’est:

Quel budget prévoir pour voir les aurores boréales ?

Et bien… les aurores boréales en tant que telles sont gratuites, mais s’y rendre et y rester coûte cher. Par exemple, un budget pour deux personnes pour 5 jours à Tromso serait :

  • 600€ d’avion (300€ par personne)
  • 600 d’hôtel (chambre double correcte à 120€)
  • 200 de voiture (+ essence)

Donc un total de 1400€, soit 700€ par personne. Mais il est largement possible de réduire en allant en Airbnb et étant malin et flexible sur les vols, surtout hors haute saison touristique. Mon dernier vol était à 200€ et il peut y avoir des Airbnb à 60€ la nuit. Il faut être débrouillard et ça fait baisser la facture à 450€ par tête.

Je ne compte pas la nourriture car c’est vraiment selon chacun. En allant au supermarché on se nourrit facilement pour pas grand chose, même si c’est plus cher que chez nous. Les restos tournent entre 20 et 60€ par tête (80 pour les très bons).

Aurores boréales Otertind signaldalen Tromso Norvege

Peut-on voir les aurores boréales en ville ?

Tout à fait! Mais cela ne sera pas pareil de les voir en pleine ville, à cause des lumières. Donc on aura tjs une espèce de voile lumineux qui empêchera de bien voir les aurores. Après, on peut toujours s’éloigner des centres, comme par exemple à Tromso où on peut trouver quelques endroits sympas dans cet article.

Si on reste au centre ville, on aura du mal à voir les petites aurores. On pourra voir les grosses activités, mais il faut essayer de ne pas avoir le nez dans les lampadaires 🙂

aurores boréales tromso ville en Norvège | Blog Vincent Voyage

Conduire sur la neige, c’est facile ?

Soyons honnêtes, c’est… super simple 🙂 Car quand vous allez louer une voiture là haut, on ne va pas vous filer la Lada de 20 ans d’âge. Même en réservant une “économique”, vous vous retrouvez avec une super voiture toute option. Et les pneus sont au top, c’est le plus important. On tient très bien à la route, que ce soit sur neige, sur glace, en montée aussi.

Au début on va patiner un peu, mais il faudra respecter 2-3 règles de bon sens pour ne pas se faire de frayeurs 🙂

  • respecter les distances de sécurité, et même plus. Bon ok, il n’y a en général pas grand monde sur la route, mais les freinages sur neige sont beaucoup plus longs, donc si celui devant vous freine, il faut avoir de la marge sans avoir à piler
  • éviter les gestes brusques. Freiner brusquement, accélérer d’un coup, tourner trop rapidement, ça peut faire partir en dérapage et ça fait des frayeurs
  • respecter les limites de vitesse. Il y a beaucoup de radars, les vitesses ne sont pas élevées, mais c’est vraiment pour le bien des conducteurs
  • faire très très attention quand il y a beaucoup de vent, ce vent ramène de la neige sur le bord des routes. Et cette petite neige est beaucoup plus dangereuse que la “vraie” qui tombe, car elle n’est pas uniforme sur la route, et ça déséquilibre la voiture. Vraiment, vous voyez de la neige sur un seul côté, anticipez et roulez doucement dedans.

Est-ce qu’on peut faire du chien de traineau sous les aurores boréales ?

Carrément! et il parait que c’est la meilleure activité à faire. On m’en a beaucoup parlé ces dernières années, j’ai voulu le faire cet hiver mais le temps a décidé le contraire. L’idée est d’aller dans un centre canin, plein de toutous à caliner, d’y diner et de faire un tour en traineau.

Quelles applications utiliser pour les aurores boréales et la météo ?

Il y a une tripotée d’applications pour les aurores boréales. Toutes s’appuient sur les mêmes données, vont remonter la même chose. Ce qui va changer est plutôt la partie design et lisibilité. J’utilise également d’autres application, et même plus souvent, pour la météo et le vent.

  • pour les activités d’aurores : Northern Eye Pro. Donne le KP, les prévisions à court et moyen terme, une carte.
  • pour les alertes d’aurores : Aurore, elle envoie une alerte quand ça va potentiellement être le plus fort. Pratique quand on ne veut pas passer son temps dehors. Et pratique pour faire monter l’excitation genre “ah! ça arrive!”. Mais même s’il n’y a pas d’alerte, il peut y avoir des aurores! Ca sonne quand l’activité est sensée être plus forte.
  • pour la météo : Yr.no. L’app est bien, le site est très bien, notamment pour ses prévisions heure par heure, village par village. Ultra pratique.
  • pour le vent : Windy. Surtout en cas de mauvais temps et pour pouvoir anticiper, c’est bien de voir dans quel sens souffle le vent, et donc s’il va amener des nuages, si ça va dégager le ciel.
application aurores boréales norvege blog vincent voyage
application aurores boréales norvege blog vincent voyage
application meteo aurores boréales norvege blog vincent voyage

Les applications de prévision d’aurores boréales sont-elles fiables ?

Les aurores boréales sont la conséquence de vents solaires dont les particules arrivent dans l’atmosphère en contournant le champ magnétique, qui est plus faible aux pôles. C’est pour ça qu’elles arrivent très au nord et au sud. Plus ces vents sont forts, plus les aurores sont “logiquement” fortes. Ca, c’est la logique. Plus les vents sont forts, plus le champ magnétique va donc être perturbé (pour vulgariser, désolé pour les puristes 😀 ). Le niveau de perturbation est défini dans le KP-index. Plus le KP est élevé, plus le champ magnétique est perturbé, doooonc, logiquement, plus les aurores vont être puissantes.

Alors… pour répondre à la question d’origine, oui, les app sont toutes fiables. Ce sont les aurores qui ne le sont pas. Un KP élevé ne signifie pas que le ciel va être tout vert et que ça va partir dans tous les sens. Tout comme un KP=0 ne signifie pas qu’on ne va rien voir.

Le KP, c’est une estimation. Il y a plein d’autres facteurs qui vont jouer sur l’apparition ou non des aurores. C’est la nature, ça sera toujours une surprise.

Important : A Tromso ou latitude équivalent, partez TOUJOURS du principe qu’il va y avoir des aurores. Quel que soit le KP. Très honnêtement, le nombre de nuit où je n’ai pas eu d’aurores alors que le ciel était dégagé… très faible. Mais il faut être patient. J’ai notamment le souvenir où le KP était annoncé à 4, c’était un peu la fête car depuis plusieurs jours c’était vraiment tout calme. Bien positionné dans un fjord, tout content, j’attends. Ciel magnifique, plein d’étoiles, mais rien. Comme quoi le KP est un indicateur mais jamais une science exacte.

De la même façon j’ai eu de très belles soirées à KP=0. Disons que plus le KP est élevé, plus les aurores seront visibles au sud et elles seront plus impressionnantes à KP >= 4. S’il y en a! Mais même si on vous annonce un KP faible, sortez. C’est plus la météo qui devrait vous freiner, pas ce KP.

Donc pour résumer, le KP ne dit pas s’il va y avoir des aurores, mais va estimer l’activité. KP4 “devrait” être plus intense que KP1. Partez du principe qu’il y aura des aurores de toute façon, seule l’intensité va changer.

Combien de temps partir pour voir les aurores boréales ?

Je déconseille toujours de partir 3 jours ou moins. A cause du temps. Une seule fois je n’ai pas pu voir d’aurores pendant plus de 3 nuits. C’était 4 nuits et cet hiver quand le temps était sacrément pourri. J’arrivais à avoir un petit créneau, une aurore tout de même.

Donc, selon moi, en partant plus de 3 jours, on augmente sacrément les chances d’en voir. Idéalement, je conseille une semaine pour vraiment en profiter. Si vous ne pouvez pas, 5 jours c’est chouette car on ne passe pas son temps dans les transports, et cela laisse le temps de faire quelques activités, d’avoir un peu de beau temps et quelques créneaux pour les aurores.

Comme quoi on ne peut pas s’ennuyer, j’ai fait un article sur un itinéraire d’une semaine à Tromso. Et j’ai du enlever plein de choses 😀

aurores boreales skulsfjord kvaloya tromso norvege blog vincent voyage

Peut-on voir les aurores boréales quand il y a la lune ?

Tout à fait! Bon ok, la lune agit comme un réverbère dans le ciel, c’est pas très très pratique, clairement (ohohoh). Mais ce qui est cool, c’est que la Lune a plutôt une direction est/sud/ouest, et n’est donc jamais vraiment plein nord dans les aurores. En revanche elle peut être dans les aurores quand celles ci sont plein est ou plein ouest. Mais cela ne gênera jamais vraiment.

Sans Lune, on a un ciel plein d’étoiles, la possibilité de voir la Voie Lactée, les aurores plein pot.
Avec la Lune en revanche, sa lumière se réfléchit dans la neige, ce qui fait que le sol est très lumineux, les photos aussi. Honnêtement, c’est très beau et pas qu’en photo.

Donc savoir si je préfère l’un ou l’autre, honnêtement je ne saurais pas dire. Les deux ont leur avantages. Mais pour une première fois, je conseillerais d’y aller pendant la nouvelle lune, c’est à dire quand elle n’est pas encore là.

Les aurores boréales sont-elles vraiment vertes ?

Avant tout, ce que vous voyez en photo ne correspond pas, ou peu, à ce que l’on voit dans le ciel, surtout au niveau de la couleur. Les formes oui, et c’est encore plus beau en vrai qu’en photo, mais la couleur va être amplifiée par la photo. C’est du au temps de pose élevé, donc la lumière va frapper la “rétine” de l’appareil photo plus longtemps que notre oeil.

De base, les aurores sont pâles. C’est vert, mais pâle. Plus c’est lumineux, plus c’est rapide, forcément plus la couleur sera visible.
Les aurores faibles ne sont pas beaucoup visibles à l’oeil nu. On voit un voile pâle, au loin. Les aurores moyennes et fortes, on les voit très bien.

Il n’y a pas que le vert que l’on peut voir. On peut voir le “bas” des aurores en blanc, on peut voir un peu de orange, du rose. A petite dose bien sur, et pas tout le temps.

Quand ça pète dans tous les sens, c’est très visible et voici notamment une vidéo qui montre ce que l’on voit à l’oeil nu quand c’est très actif. Là, contrairement aux photos, c’est ce que l’on peut voir.

Faut-il passer par une agence pour mon voyage ou je peux tout organiser moi-même ?

Très honnêtement, organiser un voyage sous les aurores boréales, quel que soit le pays, n’est pas ce qu’il y a de plus compliqué. Le plus important est de vous y prendre tôt. Les 3 indispensables à faire sont :

  • l’avion, comparez les dates, changez, soyez flexibles pour bénéficier de bons prix
  • le logement, regardez entre Booking et Airbnb
  • la location de voiture, comparez entre les brokers (comme rentalcars) et les compagnies en direct (Avis, Hertz…)

Une fois que vous avez ça, vous pouvez regarder les différentes activités. Ca presse un peu moins. En général je regarde les activités chez Viator (groupe Tripadvisor) et Getyourguide. Regardez bien les notes, les avis et comparez.

Tous mes articles sur les aurores boréales

Cet article vous a plu ? 

Alors si vous souhaitez être averti des prochaines publications, indiquez votre adresse email juste à côté 🙂

Formulaire d’inscription

4 Commentaires

Laisser une réponse

Veuillez laisser votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici