A la découverte de l’Île de Pâques

L’île de Pâques est peut-être l’endroit le plus énigmatique au monde. Une ile totalement isolée, une civilisation disparue, aucune trace écrite, des statues mystérieuses et aucune certitude quant à son origine ou son extinction.

Ce qui frappe à l’arrivée, c’est le côté « hostile » de l’ile. C’est à dire que c’est un énorme caillou qui parait totalement inhospitalier. Il n’y avait pas d’eau potable, les terres ne sont pas forcément fertiles, c’est surtout l’ile la plus isolée au monde, étant à plus de 2000km des voisins les plus proches (c’est à dire les 50 habitants des iles Pitcairn 🙂 ).
Et cet isolement, on le ressent tout de suite quand on arrive sur l’ile. Ca participe à cette ambiance unique, mystique. Et surtout, on se pose la question, qu’est ce qu’ils sont venus faire ici.

L’ile est surtout connue pour ses Moaïs, ces statues en pierre pouvant mesurer jusqu’à 18 mètres (et 200 tonnes, tant qu’à faire). Certains sont debout, d’autres enterrés jusqu’au coup. Ce qui laisse vagabonder l’imagination.

Dans cet article, il s’agit de présenter l’ile via quelques photos, plutôt qu’un article très complet. Les photos ne sont pas folles, sauf une que j’aime bien et qui est dans le Top. J’étais pas vraiment au point à l’époque, et les conditions compliquées. M’enfin ça explique pas tout, j’en suis pas vraiment fier 😀

Un peu de géographie

L’ile de Pâques est située au beau milieu de l’océan Pacifique. Elle forme la point est du triangle polynésien, Hawaii étant la pointe nord et la Nouvelle Zélande sa point ouest.
Elle fait partie du Chili après plusieurs colonisations, mais son isolement a fait que les pays s’en sont vite désintéressés. Et vu l’image ci-dessous, on peut comprendre pourquoi.

triangle polynesien

De façon plutôt provocante je dis que l’ile de Pâques est un gros caillou, mais c’est pas totalement faux. Il s’agit d’un triangle de 20km de côté, avec un volcan éteint à chacune de ses extrémités. Rano Kau, le Poike et le Maunga Terevaka. C’est d’ailleurs assez drôle de lire quelques sites un peu barrés sur les dimensions de l’ile de Pâques et leur rapport aux Pyramides, Orion ou le nombre d’or. Certains poussent loin.

Bien que l’île soit en Polynésie, elle n’a pas grand chose en commun avec ses consœurs paradisiaques. L’ile étant volcanique, il n’y a qu’une plage de sable à peu près blanc. Le reste est fait de lave, de falaises. Un climat lourd et humide, pas ce qu’on peut trouver à Tahiti par exemple (enfin j’imagine hein, j’y suis jamais allé !).

Les photographies

Le centre d’entrainement

Les Moaïs sont des statues représentant probablement des personnes importantes de l’ile. Pas des divinités, plutôt des bienfaiteurs, des ancêtres, les premiers découvreurs. Et ils sont tous différents, bien que très ressemblants. Et pour faire autant de statues, il faut pas mal de monde. Ces personnes étaient formées dans un « centre d’entrainement » où ils faisaient des brouillons jusqu’à avoir le niveau suffisant pour passer aux vraies statues. Et c’est assez rigolo de voir qu’ici les traits sont plus grossiers, c’est assez frappant.

tailleur moai ile de paques

La fabrique de chapeaux

Certains moaïs avaient originellement des chapeaux, appelés Pukao. Ils sont rouges et ne proviennent donc pas de la même carrière que les statues. Ils viennent de Puna Pau, unique carrière de roche volcanique rouge. Ca tombe bien, cette coiffe va plutôt bien aux statues. Et évidemment, cette carrière n’était pas à côté de la fabrique des moaïs. Donc une fois taillé, il fallait l’amener vers le moaï et monter tout ça ensemble. Je vous laisser imaginer la mission. Enfin, vu que personne n’a encore vraiment trouvé la solution, on ne peut en effet qu’imaginer 🙂

pukao puna pau

Randonnée

Ca donne des petits airs d’Irlande, mais en fait pas du tout. Les trois volcans permettent de faire des petites randos sympathiques et d’avoir de chouettes points de vue sur la quasi totalité de l’ile. Ce qui n’est pas difficile vu sa taille 🙂

poike randonnée

Whack a mole

Rano Raraku est un endroit super sympa car c’est la fabrique et l’entrepôt des moais. Une fois taillés, ils sont enterrés en attendant de pouvoir être transportés sur leur Ahu (plateforme). Et voir toutes ces têtes qui dépassent me fait penser au jeu de la taupe.

moais ile de paques

Rano Raraku

Et en plus ils sont super photogéniques. Ils ne s’impatientent pas, ne peuvent pas s’enfuir ni râler. Bref, les sujets parfaits. Le Rano Raraku est un volcan qui sert de carrière pour la fabrication des moaïs. Ce qui est aussi super intéressant c’est qu’on y trouve des statues à différents stades de fabrication. Certaines en cours de taille, d’autres en attente de transport.

rano raraku

Make Make! hey! hey!

Au 16e siècle, les Pascuans se sont détournés des moaïs pour le dieu Make Make et notamment son rite annuel de l’Homme Oiseau. Tous les ans, une grosse compète a lieu à Rano Kau et les habitants vivent dans ces maisons. Chaque clan envoie son héros qui doit descendre le volcan, nager jusqu’à une ile à côté, récupérer le premier oeuf, revenir, regrimper le volcan. Et enfin devenir Tangata manu, l’homme oiseau, une espèce de sage pendant un an.

make make homme oiseau

Meditation

Cette ambiance incite certains à la spiritualité. C’est vrai que ce mysticisme est assez reposant et peut donner un petit côté baba cool (bon l’ile de Pâques c’est pas Goa non plus, heureusement!). Les moaïs avaient, en plus des chapeaux, des yeux en corail. L’iris était faite en obsidienne ou en tuf, deux roches volcaniques. Il ne restait aucun moai avec ses yeux, les archéologues ont cependant trouvé des coraux aux pieds de certains ahu. Le moaï ci-dessous, Tahia, est le seul qui a retrouvé la vue et son chapeau. C’est donc celui qui est le plus proche de son état originel.

moaiile de paques

Ahu Tongariki

Ahu Tongariki est le plus gros ahu (plateforme) de l’ile de Pâques, avec pas moins de 15 moaïs, dont certains vraiment impressionnants. Tous les moais de l’ile étaient étaient couchés lorsque l’ile a été re-colonisée. Ils ont été remis sur leurs plateformes lors de la restauration générale du site en 1991. L’ensemble est vraiment sympa, le plus beau site de l’ile et visible de loin.

ahu tongariki

Géants

Les moaïs du Ahu Tongariki sont au nombre de 15. Et ce ne devait pas être le nombre d’origine car dans les années 60′ un tsunami ravagea le site. C’est aussi pour cela que l’on trouve d’autres statues plus loin. Vu leurs poids, on a du mal à imaginer la puissance de la catastrophe pour les déplacer si loin.

ahu tongariki poike

Faaaace à la mer

Contrairement à ce que chantait Calogero, sur l’ile de Pâques les moaïs sont au bord de mer et toujours tournés vers les terres et non vers la mer, dans le but de protéger l’ile. Un seul ensemble, l’Ahu Akivi, est au centre de l’ile. Il représenterait les 7 découvreurs de l’ile envoyés par le roi Hotu Matua, venant des Marquises, avant de débarquer sur la plage d’Anakena.

ahu akivi

En conclusion

J’ai rencontré des personnes qui avaient visité l’ile de Pâques et trouvé ça chiant. Tout simplement parce que ces personnes s’attendaient à des paysages, à une ile paradisiaque. Ils n’ont pas du tout été touchés par l’atmosphère de l’ile. Bon, pourquoi pas, il en faut pour tout le monde. Et justement, si ce genre d’ambiance ne vous attire pas, réfléchissez à deux fois avant de vous lancer car ce n’est pas la porte à côté et vous serez probablement déçus.

En revanche, je pense que c’est un voyage à faire une fois dans sa vie. C’est unique au monde. Plein de mystères et totalement paumé au milieu de nulle part. Donc foncez, c’est le genre de destination qui vaut n’importe quel prix 🙂

Cet article vous a plu ? 

Alors si vous souhaitez être averti des prochaines publications, indiquez votre adresse email juste à côté 🙂

Laisser une réponse

Veuillez laisser votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici