Visiter la boucle nord de Salta : de la Quebrada de Humahuaca aux Salinas Grandes

La région nord de Salta est facilement l’une des plus belles du pays, et tourne beaucoup autour de la somptueuse Quebrada de Humahuaca, une grande faille de 150km classée à l’UNESCO qui part de Jujuy et va quasiment jusqu’à la frontière avec la Bolivie. Le long de ce canyon, on va trouver de nombreuses merveilles géologiques, des montagnes colorées, des ruines précolombiennes et de chouettes petits villages. Et à proximité de l’un des plus grands salars au monde : les Salines Grandes.

La boucle nord de Salta est plus touristique, plus “cadrée” que la boucle sud. On va trouver plus de monde, surtout que tout tourne autour de la Quebrada (ou presque) tandis qu’au sud, c’est plus étalé, plus “sauvage” peut-être. Mais ça reste extra, superbe, peu touristique, de grands espaces. Donc la notion de touristique ici est différente.

J’ai fait cette boucle nord de Salta en 4 jours, un rythme assez tranquille pour pouvoir bien en profiter. Malheureusement, je suis très loin d’avoir tout vu. Je ne suis pas allé du côté ouest, Tolar Grande, San Antonio de los Cobres, ou encore Susques, un coin bien moins touristique, plus difficile d’accès et qui demande plus de préparation. Ca sera pour la prochaine fois, mais en attendant, voici mon petit trajet dans cette chouette partie du nord de l’Argentine!

Jour 1 : de Salta à Purmamarca

L’objectif du jour est de rejoindre la Quebrada de Humahuaca, et plus particulièrement Purmamarca, à partir de Salta. Pour cela, il y a la route rapide et classique, ou la route tortueuse qui fait vomir. Forcément, depuis le temps que vous me connaissez, vous savez quelle route j’ai pris. C’est la fameuse portion de la Ruta 9, entre Salta et Jujuy, surnommée la Corniche car elle est zigzague à flanc de montagne, et le tout dans des bois très très denses. Franchement, bien qu’il faille prévenir psychologiquement son estomac, cette route est vraiment chouette. Longue ok, mais très chouette. Quelques vues magnifiques, de la végétation partout partout, parfois en mode forêt primaire et pas beaucoup de monde.

Une fois à Jujuy, changement total d’atmosphère. On arrive au parc des forêts Yungas, qui sont des forêts subtropicales, donc sacrément humides. Et ça se ressent immédiatement. Il parait que le parc est très chouette, mais je n’ai malheureusement pas eu le temps d’y faire un tour.

foret jujuy salta route 9 argentine blog vincent voyage

Après, ça devient encore plus intéressant. On arrive vraiment dans le canyon, les montagnes commencent à se colorer, le climat devient aride, on monte rapidement en altitude, c’est le début de la Quebrada de Humahuaca.

La route jusqu’à Purmamarca est réellement chouette et n’est pourtant qu’un préambule de ce qui attend plus loin, quand on s’enfoncera dans la Quebrada les jours suivants.

Arrivé à Purmamarca, j’en profite pour essayer de choper les vues sympa sur la montagne aux 7 couleurs, qui fait la réputation du village. Mais le soleil cogne et le meilleur moment pour en profiter est le matin. Donc là les couleurs ne sont pas trop au rendez-vous. Qu’à cela ne tienne, je serai sur la colline demain à la première heure! En attendant, il y a une chouette balade, los colorados, entre les montagnes. Elles sont couleur ocre, et avec le soleil couchant c’est vraiment superbe. 3km de bonheur, avec plein de pauses photo et de super points de vue.

Le village est joli, typiquement argentin, mais totalement dédié au tourisme. Le soir, c’est sacrément calme. Il faut dire que ce n’est pas la saison la plus touristique. Et même s’il y a une bonne offre hôtelière, les gens ne dorment pas tous ici.

Nuit à Purmamarca : Pumahuasi Hostal Boutique (voir+)

Découvrir la montagne aux 7 couleurs de Purmamarca

montagne sept couleurs purmamarca quebrada humahuaca los colorados vincent voyage

Jour 2 : la Quebrada de Humahuaca

La montagne aux 7 couleurs de Purmamarca

Rebelote ce matin avec la vue sur la montagne aux 7 couleurs depuis, d’abord, la fameuse colline. C’est clair que le matin, la lumière du soleil tape superbement sur la montagne et ses couleurs ressortent bien. Il y a un peu de monde, il faut dire que c’est le point de vue le mieux placé et le plus connu, même s’il est payant (10 pesos). Dare dare, car la journée est chargée, je file un peu plus proche de la montagne et à un autre point de l’autre côté, pas loin du cimetière.

Pour aller à Maimara, je prends 2 personnes en stop. Une qui ne parle pas, et une qui parle trop. D’un simple “ça n’est pas dangereux de voyager seule pour une femme dans la région”, c’est parti totalement en vrille sur la politique et l’apologie du régime vénézuélien. Mais je n’ai jamais eu la réponse à ma question 😀 Heureusement que le trajet était court, car je ne comprenais pas grand chose.

montagne sept couleurs purmamarca quebrada humahuaca blog vincent voyage

La Paleta del Pintor de Maimara

Une autre curiosité de la région est la Paleta del Pintor, la palette du peintre (Espagnol lv2, s’il vous plait!), située à Maimara. Maimara fait face à de jolies montagnes colorées et plissées qui ressemblent… à une palette de peintre. Logique. Il y a plusieurs points de vue, le plus simple est au bord de la route qui va à Tilcara, il ya une statue de laquelle on a une très chouette vue. Sinon on peut aussi y aller à pied une fois qu’on a traversé la rivière, et prendre le chemin qui monte dans la montagne.

paleta del pintor maimara quebrada humahuaca

L’Hornocal la montagne aux 14 couleurs

Après Maimara, je file à la montagne aux 14 couleurs de Humahuaca, qui s’appelle l’Hornocal. On est sur un niveau au dessus de la montagne de Purmamarca. 14 couleurs contre 7, ok, mais beaucoup plus grande, plus isolée, plus en altitude, 4300m. Et une superbe routalakon pour y accéder. Le spectacle est grandiose, à couper le souffle dans tous les sens du terme car on est en altitude et l’oxygène se fait plus rare. Je voulais y voir le coucher de soleil, voir les derniers rayons de soleil qui donnent sur les couleurs de la montagne et c’est en effet un super moment. Il n’y a pas trop de monde, surtout si on se rapproche (attention, c’est facile de descendre, mais la remontée sera hardue!).

Nuit à Humahuaca : Hotel Urku Wasi (voir+)

quebrada humahuaca hornocal montagne 14 couleurs

Guide de voyage : acheter le Lonely Planet ou le Guide du Routard sur l’Argentine

Jour 3 : Iruya et la montagne aux 14 couleurs

Ce troisième jour dans la Quebrada de Humahuaca est consacré à la visite du village de Iruya. Enfin… surtout du trajet pour y accéder car la particularité de ce village est qu’il est complètement perdu dans les montagnes argentines, ce qui promet donc de superbes paysages et plein de pauses photo! Et aussi probablement quelques petites frayeurs sur la route car le trajet est considéré comme difficile, tous les guides disent que la route est étroite, en mauvais état et avec plein de zigzag pendant plus de 50km. Forcément, ça promet comme descriptif 😀

Bon, je dois avouer que les guides en on peut être un peu trop fait. En effet, la route est étroite, pas en super état, mais elle n’a rien de méchant et on peut facilement y rouler avec une voiture normale si on a l’habitude de conduire en Amérique du Sud. Mais elle est surtout magnifique. On a le sentiment d’être sur le toit du monde, en passant un col à plus de 4000m. On va croiser des villages perdus, des rivières, des montagnes colorées, des vues extraordinaires.

Après plus de 2h de route, on arrive à Iruya, village perché à flanc de montagne à 2800m d’altitude. L’arrivée au village est chouette, la rivière asséchée mais vu la taille du lit on imagine aisément sa puissance et sa dangerosité.
En revanche, côté village, c’est un peu la douche froide. Il est petit (bon ok, c’est un village) mais n’a rien de foufou hormis sa vue. Petite place mignonne mais je dirais que c’est à peu près tout.

En rentrant, j’ai voulu assister de nouveau au coucher de soleil sur la montagne aux 14 couleurs, car ça reste un des plus beaux endroits de la région, et aussi en profiter pour faire un tour sur les routes environnantes. Et c’est fou comme il n’y a absolument personne 😀

Nuit à Humahuaca : Hotel Urku Wasi (voir+)

Iruya quebrada humahuaca salta argentine blog vincent voyage
Iruya quebrada humahuaca salta argentine blog vincent voyage
Iruya quebrada humahuaca salta argentine blog vincent voyage
Iruya quebrada humahuaca salta argentine blog vincent voyage

Jour 4 : Pucara de Tilcara et las Salines Grandes

La Pucara de Tilcara

Un des “reproches” que je fais à la région, c’est le manque de vestiges précolombiens. Bon évidemment, j’ai toujours le Pérou en tête et la barre est très très haute. Alors forcément, avoir la possibilité de visiter la Pucara de Tilcara m’enchante. Une Pucara est une forteresse de populations précolombiennes (c’est à dire avant la colonisation espagnole) entre l’Equateur et le nord est argentin. Ici, il s’agit des Indiens Omaguacas qui habitaient la région de Tilcara.

On va trouver une nécropole, un site religieux et les fortifications reconstitués, avec une tripotée de cactus. Et une pyramide en haut. Qui n’a absolument rien à voir avec l’architecture locale, c’est un monument en l’honneur des archéologues. Un poil megalo.
On fait très (trop) vite le tour de ces ruines, malheureusement sans aucune explication, ce qui est une constante dans cette région. On ne sait rien des Omaguacas et de la forteresse, leurs relations avec les Incas et les autres peuples, c’est dommage.
Il y a également un jardin de cactus et un musée archéologique. Qui confirment malheureusement le peu d’informations sur le site.

pucara tilcara pyramide quebrada humahuaca blog vincent voyage
pucara tilcara pyramide quebrada humahuaca blog vincent voyage

Les Salinas Grandes

Après ce petit intermède à la Pucara, direction les Salinas Grandes ! L’un des plus grands salars au monde (le 4e je crois). Pour y aller, on prend une très jolie route qui part de Purmamarca sur 70km, qui fait du zig et du zag à flanc de montagne (comme souvent en fait) jusqu’à passer un col à plus de 4000m et plonger de l’autre côté de la montagne, direction l’aridité extrême de l’Atacama. Car là oui, on voit une vraie différence et on est à la limite du désert d’Atacama, situé à peine plus loin au Chili. Et on est à 3400m d’altitude tout de même.

L’arrivée sur le salar est magnifique, en plus on y arrive en descendant de la montagne, une vue majestueuse sur cette immensité blanche.
Ces salinas sont exploitées, forcément, pour la production de sel. Contrairement à Uyuni où d’autres matières premières sont exploitées. Mais ça prend déjà une place folle, on voit un ballet de camions rouler sur les plaques de sel, des installations pour creuser, ramasser, stocker le sel, les fameuses piscines turquoises. Le tout à perte de vue.

salinas grandes quebrada humahuaca blog vincent voyage
salinas grandes quebrada humahuaca blog vincent voyage

On peut marcher plus ou moins librement sur le salar, à certains endroits. Certaines piscines sont accessibles avec un guide, mais, comme le temps se gâtait, le mien n’avait qu’une envie, c’était de rentrer au chaud.

salinas grandes quebrada humahuaca blog vincent voyage
salinas grandes quebrada humahuaca blog vincent voyage

Je voulais assister au coucher de soleil sur place, ce que j’ai plus ou moins eu, mais surtout j’ai eu droit à un orage sec. Les éclairs au loin, dans ce cadre, c’était vraiment magnifique.

Nuit à Humahuaca : Mirador del Virrey (voir+)

salinas grandes quebrada humahuaca orage eclairs
salinas grandes quebrada humahuaca orage eclairs

Jour 5 : retour sur Salta

Ce dernier jour est consacré au retour à Salta, ce qui prend un peu de temps, surtout qu’il y a des travaux, des routes fermées, ça n’aide pas. J’en profite pour faire des petites pauses photo là où je n’avais pas eu l’occasion, comme les églises toutes choupi qu’on trouve un peu partout.

église quebrada humahuaca salta argentine blog vincent voyage
église quebrada humahuaca salta argentine blog vincent voyage

Vous pouvez également me suivre sur Instagram

INFORMATIONS PRATIQUES

Combien de jours sont nécessaires

Franchement, ça dépend. J’ai pris 5 jours, dont deux jours de transport de Salta, donc 3 jours plein sur place. C’est bien suffisant pour faire uniquement la Quebrada de Humahuaca. Mais on peut très facilement s’occuper plus longtemps avec quelques balades et randos, et surtout si on va vers l’ouest, du côté de San Antonio, la magnifique Tolar Grande, là il faut plus de temps.

Donc je dirais qu’on peut rester entre 3 jours et une semaine (ça aide hein), on trouvera toujours quelque chose à voir. Mais pour voir l’essentiel, 3/4 jours c’est pas mal.

Comment se déplacer dans la Quebrada de Humahuaca

Forcément le plus simple, c’est la location de voiture. Les routes sont en bon état, en général. Mais quand il pleut, c’est souvent le déluge et les routes là deviennent très chaotiques, inondées.

Le stop marche très bien, on peut voir pas mal d’auto stoppeurs à la sortie de Purmamarca pour aller aux Salinas Grandes ou pour aller à Humahuaca.

Sinon on peut se balader en bus le long de la Quebrada de Humahuaca. Il y a un omnibus entre Tilcara et Humahuaca, et un bus régulier (toutes les demi heures environ) entre Purmamarca et Tilcara.

Les différentes activités en passant par les tours organisés

Les tours organisés par les agences sont monnaie courante sur place et, ce qui est cool, c’est que ce n’est pas spécialement cher. Les principales sont d’aller à l’Hornocal, faire la Quebrada de Humahuaca en une journée à partir de Salta, ou encore les Salinas Grandes.

Où se loger

J’avais choisi de naviguer entre Purmamarca et Humahuaca, mais la Quebrada n’est pas très très grande donc il est possible de n’avoir qu’un seul point de chute, par exemple à Tilcara qui est au milieu et est une mini ville assez vivante et joyeuse.

Si vous souhaitez aller vers l’ouest, alors San Antonio de los Cobres est un bon point de chute. Mais attention à l’altitude et au mal des montagnes!

Booking.com

Quelle est la meilleure saison

Les saisons sont inversées, l’été est entre janvier et mars et cela correspond à la saison des pluies dans la région. Et les pluies sont juste diluviennes. Voyez la taille des lits des rivières, imaginez donc la quantité d’eau qui tombe. Donc j’éviterais vraiment cette période.

J’y étais au printemps, en décembre, et c’était pas mal. Pas trop chaud, juste avant la saison des pluies, moins touristique. Il semble que de septembre à décembre soit le meilleur compromis pour le climat et le tourisme.

L’hiver est la période la plus touristique. Le climat est sec, quasiment aucune précipitation, un peu plus frais surtout en altitude. Donc c’est pas mal.

canyon quebrada humahuaca salta argentine blog vincent voyage

En conclusion

Pendant ces quelques jours dans la Quebrada de Humahuaca, on en prend plein les mirettes. Chaque route propose un paysage différent, c’est spectaculaire, pas forcément très touristique, et des paysages que l’on n’a vraiment pas l’habitude de voir ailleurs.

La Quebrada de Humahuaca est facile à faire, il y a de bonnes routes, des logement, des restos et villages tout le long. En revanche, dès que l’on va à l’ouest de la région, là c’est plus sauvage, plus aride, c’est une autre expérience qui demande du temps. Donc n’hésitez pas à prévoir plus de temps pour en profiter, pour sortir un peu des routes classiques. Et même si vous ne pouvez pas, alors ces quelques jours dans la région resteront gravés longtemps dans votre mémoire.

canyon quebrada humahuaca salta argentine blog vincent voyage

3 articles qui devraient vous intéresser 🙂

Cet article vous a plu ? 

Alors si vous souhaitez être averti des prochains articles, indiquez votre adresse email juste à côté et vous recevrez un petit mail quand un article est publié 🙂

Formulaire d’inscription

PARTAGER

Laisser une réponse

Veuillez laisser votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici